Actividades ELE: Día de los muertos

La profesora Eva Echenberg comparte con nosotros una actividad sobre el día de los muertos para practicar el vocabulario de la ropa y los colores.

El documento Power Point lo pueden encontrar en el siguiente enlace: dia-de-muertos

dia-de-muertos2

L’espagnol de A à Z

Por: María Graciela Bastardo

L’espagnol de A à Z
Autores: Claude Mariani y Daniel Vassivière
Fecha de publicación: 22/06/2011
Editorial: Editions Hatier
384 pages
13.5 cm x 22.5 cm
http://www.editions-hatier.fr/livre/lespagnol-de-z

L’espagnol de A à Z es un libro dirigido a estudiantes francófonos que desean aprender español o profundizar sus conocimientos de español. Contiene 292 fichas ordenadas alfabéticamente, que explican temas de carácter gramatical, por ejemplo, los artículos indefinidos y definidos, el empleo de “alguno” y “ninguno”, el verbo “ser”, el adverbio “fuera”, las preposiciones “para” y “por”, los números cardinales, etc.

Se trata de un libro bilingüe. Cabe destacar que este tipo de publicaciones no abunda en el mercado editorial de los libros de enseñanza de idiomas, sobre todo en el par de lenguas español/francés. Los manuales y métodos de enseñanza de idiomas suelen ser monolingües, pero no por razones pedagógicas sino por razones estrictamente de comercialización.

Así,  en L’espagnol de A à Z todas las explicaciones están en francés y las oraciones que se ofrecen como ejemplo tienen su traducción al francés. Además, el libro cuenta con una serie de observaciones que son producto de un análisis comparativo entre el francés y el español. Observaciones que resultan relevantes para el estudiante porque enriquecen sus conocimientos lingüísticos, al explotar los conocimientos previos de su lengua materna, sacar provecho de la cercanía entre ambas lenguas romances y resaltar sus diferencias.

Para el profesor de español las implicaciones pedagógicas saltan a la vista. En primer lugar les ofrece la oportunidad de observar los temas básicos de la gramática española explicados en francés, y de aprender una terminología que podría ser útil a la hora de explicar aspectos gramaticales a estudiantes que generalmente tienen conocimientos previos de gramática aplicados al francés.

En segundo lugar, este tipo de materiales bilingües dirigidos a estudiantes de una lengua materna en particular, hace hincapié en aquellas estructuras que son especialmente difíciles para el estudiante. Este libro expone de manera simple y accesible las estructuras gramaticales básicas del español, el léxico frecuente y numerosas expresiones idiomáticas, entre otras cosas, con un enfoque comparatista entre el español y el francés, que puede dar luces sobre las facilidades o las dificultades que enfrentan los estudiantes francófonos al aprender el español. Mucho se ha hablado del papel de la lengua materna en clase de lenguas y de cómo convertirla en una aliada en el proceso de enseñanza y aprendizaje, y este enfoque es precisamente un buen ejemplo de ello. Además, para aquellos profesores que incorporan ejercicios de traducción en sus clases, el libro ofrece actividades de traducción acompañadas de su corrección.

imagecouv_366119

Réussir l’éducation de nos enfants

Después de un poco más de un mes del regreso a las escuelas, esta reflexión es aún válida:

Par: Cristina Uribe (Huffington Post)

Nous voilà une semaine après la rentrée scolaire peut-être deux semaines pour certains. La rentrée scolaire implique une liste presque infinie de détails pour se préparer physiquement et mentalement à la nouvelle année scolaire. Il y a aussi beaucoup de sentiments et d’émotions liés à cet évènement. Mais, aujourd’hui, ma réflexion porte sur la question suivante : qu’allons-nous faire cette année pour bien réussir l’éducation de nos enfants ?

Dans le processus d’apprentissage-enseignement, il y a trois acteurs clairement identifiés : l’élève, l’enseignant et, bien sûr, la famille, les parents. Chacun de ces acteurs a un rôle important dans cette réussite ; cependant, entre les horaires, les livres, les uniformes, les collations, etc. nous consacrons peu de temps à penser à notre rôle dans le succès de l’éducation de nos enfants.

 Et quel est le rôle de chacun pour bien réussir dans l’éducation des futurs citoyens ? Commençons par l’acteur plus important : l’élève. L’élève va à l’école dans le but d’apprendre ; cependant, être élève ou encore être un bon élève n’est pas évident. L’on dit que l’élève est au centre du processus d’apprentissage, mais il doit commencer par apprendre ou comprendre ce qu’il doit faire pour devenir un bon élève. Et, c’est la responsabilité des adultes, enseignants et parents, de les guider dans cette découverte. Il ne faut pas confondre être un bon élève avec être un élève performant.

Être un bon élève ne se limite pas à faire les devoirs, écouter le professeur, participer en classe et avoir de bonnes notes. Nous devrions, enseignants et parents, viser à développer chez nos enfants des aptitudes et des qualités telles que la persévérance, la résilience, la responsabilité, l’engagement et la curiosité afin que l’enfant puisse devenir un bon élève, conscient de sa responsabilité dans son processus d’apprentissage. Bien sûr, cela prend du temps, car toutes ces aptitudes et qualités ne se développent pas du jour au lendemain, elles se développent par l’exemple et le vécu au sein de la famille et de l’école.

«Pour bien réussir l’éducation de nos enfants et de nos jeunes il faut comprendre que la bonne éducation va au-delà des notes, de la performance.»

Quant à l’enseignant, il est difficile pour quelqu’un qui n’est pas dans le milieu scolaire d’apprécier à quel point sa tâche est exigeante. La rentrée scolaire signifie pour l’enseignant non seulement la planification du contenu académique à transmettre au cours de l’année, mais aussi de jongler avec la réalité de chaque classe, voir même de chaque élève pour que sa matière soit comprise tout en transmettant des valeurs telles que le respect, la tolérance, la confiance, le partage, l’entraide, entre autres. Bien que les enfants passent plus de temps à l’école qu’à la maison, les parents ou les personnes en charge seront toujours leur meilleur exemple, mais on sait bien que la réalité de notre société du 21e siècle a tendance à réduire le temps que les parents passent à transmettre leurs valeurs malgré leur bonne volonté.

Aujourd’hui, l’enseignant doit prendre en considération la réalité familiale de l’enfant et les parents doivent valoriser le labeur de l’enseignant, car à la fin nous avons tous pour but d’éduquer des enfants et des jeunes ayant à la fois esprit ouvert et critique. Finalement, l’éducation des enfants demande un accompagnement de la part de leurs parents. Il faut leur montrer comment organiser leur temps, leur montrer et non imposer quelques stratégies pour la mémorisation de certaines notions, les encourager, ne pas les juger quand ils ont échoué une évaluation, mais plutôt réfléchir sur comment faire mieux la prochaine fois. Souvent, nous, les adultes, oublions que la réussite scolaire est le résultat de la mise en place de stratégies d’apprentissage et d’habitudes qui se développent par l’exemple.

Alors, pour bien réussir l’éducation de nos enfants et de nos jeunes il faut comprendre que la bonne éducation va au-delà des notes, de la performance. L’éducation est un ensemble de connaissances et de valeurs. Des valeurs qui guideront la bonne mise en pratique des connaissances acquises non seulement à l’école, mais aussi dans la vie quotidienne. Chaque rentrée scolaire veut dire aussi être prêts à réfléchir à notre rôle et à travailler en équipe pour arriver à notre but : leur succès.

Source: http://quebec.huffingtonpost.ca/cristina-uribe/reussir-education-de-nos-enfants_b_11889022.html